• A mon Unique

     

    affectionnée, inoubliable grand-mère

     

     

    Per te !

     

    Mère habillant son enfant

     Rudolf Epp 

    Peintre réaliste Allemand de l'école de Munich (1834-1910)

     

     

     Vous avez déserté le jardin de l'enfance,

    Votre vie est ailleurs, loin de moi, loin d'ici;

    Pourtant je pense à vous, toujours, en permanence,

    Je tremble à chaque instant de crainte ou de souci.

     

    Je vous protège encore et malgré les distances,

    Je vous couvre en secret d'attentions, de douceur,

    De tendresse et de soin, d'amour et de confiance,

    Je prie pour vos succès et pour votre bonheur.

     

    Quelques fois, je l'avoue, mon coeur souffre en silence,

    Devant la chambre vide imbue de souvenirs...

    Il ne regrette rien... il pleure votre absence

    Et l'envie qu'il aurait de vous voir revenir.

     

    Isabelle Callis-Sabot

    Poème à mes enfants

     

     

    Per te !

     

    Rudolf Epp

    Amour inconditionnel

     

     

     

    « Voir plus intensémentPlaisir de lire »