• Les croquants

    Les croquants de Margaridou

     

    Certes, moins moelleux que les beignets de Carnaval

    mais tout aussi savoureux que les bugnes,

    les mots qui précèdent la recette sont, eux aussi, à déguster.

     

    Les croquants de Margaridou

     

    Suzanne Robaglia,

    Margaridou,

    c'est une gourmandise à lire et

    du plaisir à savourer des bols de mots d'air pur.

     

    La célèbre cuisinière d'un médecin de campagne,

    écrivait avant de nous confier sa recette :

     

    Les Croquants

     

     

    Les croquants de Margaridou

     

     " Les demoiselles qui m'ont donné cette recette,

    habitent du côté de Saint-Martin-Cantalès, une maison nichée dans la verdure.


     
    Au seuil, on sent que là-dedans tout est pur de ce qu'on mange et de ce que l'on pense.

    La modestie règne avec sa compagne la propreté ;

    tout est net, depuis les cuivres reluisants, jusqu'au plancher bien balayé.
     


    Entrez, on vous ouvrira, et, si vous avez quelque souci, on en prendra sa part.

    Vous avez l'impression, après, qu'on a tout quitté, pour vous recevoir ;

    que vous faites plaisir en entrant.
     


    Les demoiselles savantes savent se taire. Elles écoutent.


    Avec vous, il est entré une bouffée de l'air du monde dans leur retraite.

    Elles regardent la forme de votre chapeau, sans se demander si il leur irait.

    Elles portent celui qui sied aux femmes qui passent leur vie

    à donner tout ce qu'elles ont à elles : leur temps.
     


    Car les demoiselles sont institutrices dans une pension libre et leur savoir,

    leur jeunesse, elles n'ont pas eu le temps de les mesurer avant de les céder.

     Elles ne vivent point pour l'extérieur,

    mais avec un idéal qui leur tient lieu de compagnie !

     

    Mais pour vous marquer cette fête que donne chez elles votre présence,

    elles ont ouvert la boîte de gâteaux secs, faits à la maison.

    L'auto est là, qui vous attend.

     

    Vous avez trouvé bons les croquants, elles en bourrent un petit sac en papier.

    Emportez-les.

     

    Vous y repenserez, car les yeux des demoiselles ont un regard dépouillé d'artifice,

    un regard comme on en voit plus et vous chercherez dans le croquant

    l'atmosphère de la salle où vous fut offert le verre de sirop de grenadine.

     

    Elles vous ont fait visiter le village.

    Vous avez vu l'église et son portail,

    la statue de saint-Julien, en soldat romain, et la villa des Parisiens.

     

    Mais le regard des demoiselles, que personne ne songe à classer,

    classez-le ;

    il devient rare. "

     

    Les croquants de Margaridou

     

            Sa Recette

    . Une grosse cuillerée de miel ;

    . Un kilo de farine ;

    . 500 grammes de sucre ;

    . Trois œufs plus un jaune ;

    . 80 grammes de beurre ;

     

    Ce qu'il faut de lait pour pouvoir pétrir ensemble

    la farine, le sucre, les œufs, le beurre et rouler la pâte.

     

    En faire une nappe mince, de moins d'un demi-centimètre,

    plus mince sera la pâte, meilleur sera le croquant.

     

    Sur la planche farinée, bien étendre cette pâte.

    Et la découper alors soit à l'emporte-pièce, soit au couteau,

    en forme de cœurs, de feuilles de chêne, de petites couronnes,

    de rosaces chères à l'art local.

     

    Dorer avec un jaune d’œuf épaissi de miel la surface des petits gâteaux.

    Les faire cuire à feu doux.

     

    Les croquants

     Margaridou

    Éditions CREER - 63340 Nonette

     

     

     

    « Sainte-Croix-en-BresseLe Roi de Prusse »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :