• Mon Amour, attendez

     

     

     Mon Amour, attendez

    John Everett Millais

     

     

      Lorsque vous oublierez que vous m'avez tenue

    Captive entre vos mains, comme une chose à vous,

    Lorsque vous serez las de mon amour très doux,

    Pour le dire, attendez que la nuit soit venue.

     

    Vous ne pourrez pas voir mon visage défait,

    Ni mes yeux désolés, ni ma bouche tremblante,

    Car l'ombre voilera ma douleur accablante :

    Attendez que le soir soit venu tout à fait.

     

    Attendez que le vent fasse gémir les arbres,

    Et pleurer dans leurs nids tous les oiseaux des bois,

    Et vous n'entendrez pas les sanglots de ma voix,

    Ni le cri de mon coeur plus glacé que les marbres.

     

    Attendez que l'orage ait assombri les cieux,

    Et qu'il pleuve très fort, près de nous, sur la route,

    Et dans la nuit, vous confondrez sans doute,

    Avec les pleurs du ciel, les larmes de mes yeux.

     

    Un jour vous oublierez que vous m'avez tenue

    Captive entre vos mains, comme une chose à vous,

    Alors pour me le dire, ayez des mots très doux;

    Attendez, mon amour, que la nuit soit venue.

     

    Ida Faubert  (1882 -1969)

    (Anthologie de Poésie haïtienne, de Louis Moreau, 1925)

     

     

    Mon Amour, attendez

     

     John Everett Millais  (1829-1896)

    Peintre et illustrateur Britannique préraphaélite

     

     

     

    « Le PuitsMémoire de coeur »